10. jan, 2016

Jacques Attali - Une brève histoire de l'avenir

Attali, c'est un phénomène extra-ordinaire. Ça veut dire qu' Attali, lui, il est un homme très universel: écrivain, technicien, musicien, juïf, enarque, conducteur, économiste, père, professeur, entrepreneur, directeur, conseiller du Président de la République (de Mitterand à Sarkozy) et futuriste. Il est le plus connu comme premier président de la Banque Européenne pour la Reconstruction et Développement (BERD) de 1991 à 1993. Je ne me souviens pas beaucoup de homologues néerlandais.

Dans "une brève histoire de l'avenir" Attali commence par des leçons qui peuvent être tirées de l'antiquité. L'importance de l'histoire grecque et romaine ne demande aucune explication. L'histoire, ce ne sont pas seulement les faits et les années, ce sont les motifs, les circonstances et les sentiments aussi. Les années changeraient. Les circonstances changeraient. Les motifs et les sentiments resteraient. Attali ne prétend pas que l'histoire se répète, seulement que l'humanité oublie de tirer des leçons. Ici, il se comporte comme un vrai professeur.

Me parait très intéressant ce qu'il écrit sur les thèmes croissance, déclin et la reprise des grandes villes, sur la différence entre les riches et les pauvres, entre les forces agressives et pacifistes, la dépendence des sources naturelles. Attali discerne neuf vagues qui nous montrent les differents états de l'état. Des petites et les grandes guerres émergeraient partout. Mais á la fin, la démocratie survivra. La démocratie, ç'est nous, le positivisme, l'intelligence commune, la force de surmonter les problèmes de tous les jours et les problèmes globaux. Il est convaincu que la force de l'homme sera capable de résoudre les dissonances qui contrarient le monde contemporain.

Après "Der Zauberberg" et "Don Quichote" j'étais heureux de lire une oeuvre bien écrite, relativement facile à lire dans sa langue d'origine, actuel et méditatif. Je recommende ce livre à tous ceux qui aiment réfléchir, sans perdre le sens de la réalité.

Attali, le juïf, il est optimiste. Attali, le démocrate, il préfère sans doute D66 -:)