4. mrt, 2019

Richard Ste-Marie: Le ménage rouge

Je crois c’est la première fois dans ma vie que j’ai lu un livre québécois. Bien sûr il y a des auteurs francophones partout et dans le monde entier, mais pourquoi choisir un canadien alors qu'il y a tant de bons auteurs français?

Honnêtement, je n’ai pas choisi. Ce livre était un cadeau pour ma femme qui n’a pas encore trouvé le temps de le lire.

Presque tous les pays ont leurs séries policières à la télévision: Flikken Maastricht, Tatort, Forbrudelsen, Wallander, Candice Renoir. La formule date depuis très longtemps. Qui n’a pas lu Maigret, Grisham ou  Ludlum? Mais un détective canadien?

Oui, Richard Ste Marie en est un.

L’histoire commence avec un triple meurtre. Une femme (son épouse) et deux hommes, qu’il ne connaît pas. Rentré un jour plus tôt que prévu d’un congrès à New York, Vincent Morin trouve sa femme dans le lit conjugal avec deux hommes nus. Ce n’était pas ce à quoi il s'attendait en  arrivant à la maison. Après il a perdu les pédales. Mais quoi faire avec les trois corps? Il décide de transporter les corps vers une usine abandonnée  dans les bois, à une trentaine kilomètres de Montréal et d'incendier l’auto avec à bord les trois corps humains . Il espère que personne ne les decouvrira…

La suite nous fait témoin de ses efforts de ne pas attirer l’attention de la police. Au début ses mensonges restent faciles. Après huit mois, la police a trouvé l’homme numéro trois, qui avait justement manqué l’orgie sexuelle à la maison de Vincent Morin. Le filet de pêche se referme très rapidement à partir de ce moment.

Moi, j’aime l' accumulation de mensonges dans ce livre. On sait Vincent Morin n’échappera pas à la danse. On voit qu’il présente de nouveaux  alibis à chaque fois. Qui va gagner? Quand arrivera le dénouement?

Richard Ste-Marie est un narrateur qui se cache dans les caractères de son livre. Il s’imagine le monde autour de  l’assassin devenir de plus et plus petit. À qui peut-il encore faire confiance? Il brûle toutes les traces. Il coupe avec son passé. Malheureusement il n’est pas capable d’oublier les images qui sont attachées à son acte. Il reste comme un prisonnier de son passé. Ça lui fait du mal. Après tout son arrestation se révèle comme une libération …

Merci, Cathérine! -😊